2020, un paresseux printemps

MMemories O »Lilly

Depuis des semaines, je suis confinée dans notre nouvel espace. Toujours à Reims, mais plus grand, mieux adaptée. Nous venions juste d’emménager, lorsque l’heure du confinement a sonné. Pas le temps d’installer le futur jardin d’hiver félin, que les magasins ont fermé. Le télé-travail pendant des semaines, sans bouger de chez soi, donne l’occasion de partager chaque minute de paresse avec les beautés. Un chat c’est déjà un peu paresseux, un ragdoll c’est l’incarnation de la Paresse !